« Mes nuits sont plus courtes que vos siestes »
(Autoproduit)

Le premier album de ce chanteur-compositeur accordéoniste est une divine surprise. A l’écoute du premier morceau, très chanson festive, on redoute une seconde que le monsieur se limite au genre. Eh bien non. Dès le deuxième titre, il nous tire vers une ambiance rock gratté et ne cesse, dès lors, de surprendre. On valse de ballades douces en reggaes piquants, de folks énergiques en piano-voix touchants. La mise en bouche idéale pour se laisser prendre par ses textes. Et quels textes ! L’écriture de Nicolas Joseph est aussi fine qu’haletante. Il dessine la limite de nos rêves. Son regard sur la société et ses exigences est acerbe, il a le cynisme tendre d’un Brassens. On ne peut s’empêcher de penser également au Québécois Pierre Lapointe (« Planisphère ») : Nicolas Joseph affiche le même talent de songwriter éclectique. A noter : le duo désenchanté avec Agnès Bihl (« Les rues barrées »). www.nicolasjoseph.org

Aena Léo


Publié le