« Les mauvais garçons »
(Autoproduit)

Voilà un disque qui s’inscrit dans ce qui pourrait s’appeler la tradition de la chanson de filles : il fait penser, parfois, à la Grande Sophie, ou même aux Elles, genre « on est des meufs, on fait de la musique, on chante, on est amoureuses, on se moque, on largue, on est larguées, et avec tout ça, on fait des disques ». Et ça n’a rien de péjoratif. Et puis il y a un côté très cinéma (le nom du groupe est un hommage au film éponyme de Godard) dans les textes : des histoires, des vraies, des personnages plein de relief, des anecdotes, un réel sens de la narration, l’ensemble servi par une pop aux allures volontairement grandiloquente par instants, tout en mélodies subtiles et faciles. A écouter en boucle, la très réussie « Je n’en demandais pas tant » (et son petit côté eighties). Un album arty, frais, qui se déguste dans l’instant. C’est que l’on ne sait pas bien comment ça vieillit, une femme mariée… www.unefemmemariee.com

Nadia Michaud


Publié le