Sourya« Dawdlewalk »
(Massive Central / Discograph)

Sans faire de bruit, la musique de ce combo parisien pourrait bien être la nouvelle révélation française en matière de pop électronique. Pas celle aux synthés formatés et bariolée en fluo, mais celle qui garde une vraie indépendance artistique, tout en se jouant des instruments électroniques. Il faut dire qu’Allan MacGee du journal The Guardians (et fondateur du label Creation) a mis les pieds dans le plat en encensant le quatuor discret composé de Julien, Arnaud et Rudy, et surtout du charismatique Sou au chant. En parfaits autodidactes, ils se rencontrent dans un train au retour d’un concert de Radiohead, et depuis sortent tubes sur tubes. Ce premier album explosif est là pour en témoigner de manière inspirée : ainsi le quasi Brian Wilsonien « Anatomy domine » et l’hymne néo disco « Stockholm 1973 » sont indiscutables. Sans parler de « The ballad of star gigolo »… et de tous les autres titres en fait ! Un coup de maître sensuel et robotique. myspace.com/sourya

Julien Deverre


Publié le