Kate & Anna McGarrigle


Inutile de chercher à les comparer, les sœurs McGarrigle sont uniques ! Filles du folk et de leur terre ancestrale, elles ont inventé une world-music intemporelle.

« On a commencé en reprenant du Dylan, puis on a écrit des hits pour Linda Rondstat entre autres. Nous étions donc reconnues comme compositrices. Puis, comme on nous trouvait « tellement originales » on nous a proposé de faire une démo… » Alors Anna a pris son petit accordéon rouge, a laissé son travail de bureau en se disant qu’elle n’y reviendrait plus jamais, et a rejoint Kate pour neuf mois de studio. Et elles ont accouché d’un « son » unique (car leur point fort n’est pas l’interprétation (« On chante pas fort ! »). Mais leur façon de puiser dans l’âme du trad’ folk-cajun-celtique-country,brouille les pistes : la frontière entre les morceaux traditionnels ré-arrangés et leurs compos persos est indétectable (« En filant ma quenouille », « Le bambocheur », « La belle s’est étourdie », « Rose blanche »), l’harmonisation des vieux instruments et de leurs voix qui s’entremêlent subtilement donnent une impression à la fois surannée et éternelle des plus fascinantes. De plus, leurs textes frôlent le surréalisme afin d’embarquer définitivement l’auditeur sur une autre planète : « Froidement fidèle, vision toujours changeante, dive campagne à mes lèvres si accordantes »… « Les regards voilés de bure, et toi largement occupé à délimiter les pavés »… « Après les rêves de mon tournesol »… « Tu m’allumais un si beau phare, plus d’désespoir »… « Tu m’étourdis, tu m’étouffas »… « Grand malheur la vache qui pleure »… A demi anglophones par leur père, elles expliquent : « C’est la sonorité des mots qui prime, on n’a pas grand vocabulaire en français ! » En cela, elles sont aidées par Philippe Tatartcheff, un écrivain-agriculteur suisse installé en Ontario !!! Et c’est vrai qu’en vingt-trois ans de productions américaines, elles n’ont sorti que deux disques totalement en français, dont le dernier, pur petit chef d’œuvre, il y a quelques mois, ce qui leur permet de faire un tour du Québec francophone et de débarquer en France ! Ne ratez pas cette occasion de déconnecter !

Serge Beyer

« La vache qui pleure » – La Tribu

www.mcgarrigles.com




© 2012 - 2014  Longueur d'Ondes - Design par Shake Studio & Iconoclaste